Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 novembre 2010 4 11 /11 /novembre /2010 10:55

Article de  : http://1000lettres.wordpress.com/

Chers amis !

Suite aux terribles attentats qui ont eu lieu à la Cathédrale de Bagdad, les évêques d’Irak ont lancé un appel à “leurs frères de France”.

“Ce dont nous avons besoin, c’est de votre prière et de votre soutien fraternel et moral”.

Nous vous proposons de répondre à leur appel en leur envoyant des lettres d’encouragement et de soutien ! Et plus encore : que chaque lettre écrite soit une promesse de prière à leur intention.

Ainsi, chaque lettre reçue = 1 personne qui les porte dans la prière !

Pour ce faire, nous vous proposons de recopier à la main la lettre proposée ou mieux, d’en écrire une vous-même (un petit mot suffit !), et de l’envoyer, avec votre signature (et celle des vos amis si vous faites un courrier groupé) à l’adresse de l’Archevêché de Bagdad.

http://1000lettres.files.wordpress.com/2010/11/logo-100-lettres3.jpg

Pour être efficace, tout est imaginable !

Nous le répétons, les chrétiens (et musulmans) d’Orient ont besoin de notre soutien, ils ont besoin de nous savoir proche d’eux, de savoir que l’on prie pour eux, que nous les aimons ! Si l’on ne peut agir matériellement, nous avons le devoir de leur faire signe. Écrivons-leur.

A vos stylos!

Repost 0
Published by Catho JM
commenter cet article
31 octobre 2010 7 31 /10 /octobre /2010 14:24

Priere à marie.

 En attendant les jmj de Madrid ,nous vous proposons une composition d'Anthony Lavardez.

http://www.eglisecatholique.ga/fr/images/stories/egl%20catho%20vierge%20marie%20apparitions.jpg

Repost 0
Published by Anthony Lavardez - dans music (exclusive)
commenter cet article
25 octobre 2010 1 25 /10 /octobre /2010 00:00
Repost 0
Published by Catho JM - dans Humour
commenter cet article
22 octobre 2010 5 22 /10 /octobre /2010 18:54

Je me suis rendu en Terre Sainte mi juillet, dans le cadre de la communauté de l'Emmanuel. Notre retraite avait pour thème « marcher dans les pas du Christ », à la fois dans le sens littéral que celui spirituel!Nous sommes donc partis, 18 jeunes de 18 a 26 ans, trois prêtres, deux couples et une sœur consacrée dans la communauté.
Pour le moment je ne vous parlerai que de ce que j’ai pu vivre là bas. Plus précisément de ce qui m’a touché pendant ces deux semaines.


Dans un premier temps, j'ai vraiment redécouvert l'esprit de fraternité.

Notre groupe était vraiment super, et l'accueil et l'intégration s'est P1020540.JPGvraiment fait naturellement, sans complexe (je peux parler pour moi, ne connaissant absolument personne à la base). Ils avaient tous quelque chose du Christ, et c'est par ce même Jésus Christ que nous étions tous reliés, frères en Jésus. C'est un sentiment spécial, dont finalement la teneur s'est confirmée plusieurs fois pendant le pèlerinage. De là, je peux citer le partage, l'attention aux autres, la charité, et tant d'autres valeurs humaines qui sont aussi profondément enracinées en tant que valeur chrétienne. Je peux par exemple vous citer P.L un des gars qui étaient dans notre groupe, avec qui il fallait se battre continuellement pour qu'il pense aussi à lui et pas qu' aux autres..) c'est vraiment un bel exemple de l'ambiance qu'il y avait au sein du groupe, où les autres passent réellement avant nous- mêmes. Au point que cela déclenchait presque des disputes. Enfin ce n'est pas vraiment quelque chose que l'on retrouve aujourd'hui et c'est pourtant quelque chose de très précieux, à laquelle il faut vraiment tenter de s'employer quand nous en avons l'occasion.

La deuxième chose serait : la confiance.
A la fois confiance en l' autre (ce qui rejoint ce qui a été dit précédemment) et surtout dans le Christ. Pour moi, cela revient à réaliser l'ampleur des mots inscrits en bas de l'icône de la miséricorde divine de Sainte Faustine : « Jésus, j'ai confiance en Toi ». Si on prend réellement conscience de cette phrase, et surtout qu'on la met en pratique, en la déclamant au Christ de tout notre cœur, alors à mon avis, on peut se dire « j'appartiens au Christ » avec tout ce que cela implique! Pour 4904762970_9d5162b9a6_o.jpgma part, peut être ai- je pu faire l'expérience de ce sentiment en Terre Sainte. Tout confier, se laisser pleinement guider, par le simple fait que l'on a pleinement confiance. "Dur", me direz vous. Oui, ça c'est bien vrai, et je ne dis pas que je suis capable de le faire, mais que là bas, le cadre était idéal, et il y avait une réelle possibilité de se laisser entrainer, sans peur. Et bien je peux assurer que l'on se sent vraiment plus léger, et vraiment plus heureux. Je me revois encore, le soir à Jérusalem, avant de me coucher, bien calé dans mon duvet, avec le ciel d'Israël comme deuxième couverture, la bible sous mon oreiller.. J'étais dans une quiétude sans pareil, et surtout, j'avais un sourire à m'en décrocher la mâchoire, et le "must" c'est que même volontairement, j'avais vraiment beaucoup de mal à le diminuer..

La suite de se témoignage ici

Repost 0
15 octobre 2010 5 15 /10 /octobre /2010 18:52

 Comme vous le savez, j’ai choisi de rester en Roumanie un an de plus après avoir fini mon année de terminale parce que je voulais pouvoir aider d’une manière plus utile et concrète. Mes parents me laissent en liberté totale par rapport à ce que je fais comme travail.

 

Mes horaires sont de 9h à 17h, cinq jours par semaine, et c’est à moi de voir comment je comble ces heures. Je travaille alors hplusieurs choses à la fois.Les matinées, je suis une volontaire à Casa Valentina, une association française qui s’occupe d’encadrer des enfants gitans qui vont en cours, de telle sorte qu’ils aient la possibilité de faire leurs devoirs. Souvent, ils ne peuvent pas travailler chez eux car leur famille entière, c’est-à-dire quatre à huit personnes, vit dans une petite salle. L’idée d’avoir un silence total de telle sorte qu'il soir possible de travailler est bien lointaine. Le groupe de huit enfants entre les âges de 11 et 13 ans vient alors tous les jours pour qu’on les aide à comprendre ce qu’ils voient en cours. Ils ont une très bonne volonté, et à ce que je vois, veulent vraiment apprendre. Ils savent que c’est une chance de pouvoir  avoir une éducation, car ce n’est pas le cas de tous leurs amis. Ces enfants sont drôles et m’aident souvent avec mon roumain, me corrigeant et m’aidant à trouver mes mots. Aurel, par exemple, aime jouer à des jeux où il me dit une série de mots en roumain, voit ce que je comprends, puis tente d’expliquer ce qu’ils veulent dire. Je me souviens qu’un jour il s’est tordu de rire quand j’ai demandé si on pouvait manger les “gandaci”. Il m’a répondu que ça se mangeait, mais c’était bien croustillant. Suite à la demande d’Aurel, Ana, la dame avec qui je travaille, m’a expliqué qu’il parlait de cafards, un bon repas pour une française comme moi !. J’ai ri avec lui, oubliant que j’avais en face de moi un jeune garçon qui ne resterait peut-être pas en cours assez longtemps pour aller au lycée, un garçon qui dormait dans le même lit que sa famille entière, un jeune qui essayait d'échapper au cercle vicieux de la pauvreté. C’est une belle chose que de travailler avec ces enfants, ils sont très ouverts d’esprit et ont une soif pour comprendre et connaître de nouvelles choses. Ils sont joyeux et toujours prêts à rire, un peu moins à travailler, malgré tout. Ce sont des enfants, et ils m'apprennent bien plus que j’aurai cru possible , je sais que nous partageons plus que leurs devoirs, nous partageons aussi leur futur.

cLes après-midi, je rends visite aux personnes âgées qui habitent à coté de chez moi, dans un quartier plus pauvre de Bucarest, car elles sont coincées chez elles toute l'année, parfois sans même pouvoir se déplacer, et elles reçoivent très peu, voire aucune visite. C’est une expérience inouïe d’être en contact avec ces gens qui ont vécu tant de choses. Elles sont toujours accueillantes, chacune à sa manière: en offrant des bijoux que l’épouse ne porte plus, en donnant des petits biscuits (au point où je surnomme une des dames ‘Bunica dulce’ (Grandmère sucrée)). En sortant de chacune des visites, je me sens renouvelée ; ces personnes ont vécu des horreurs à travers la Seconde Guerre Mondiale et tout ce qui a suivi, et malgré cela, elles sourient et nous font rire par leur manière de voir les choses et leur humour. Je me retrouve à noter ce que j’ai entendu à la fin de chaque visite parce que j’ai peur d’oublier les trésors qui me sont offerts. Je suis consciente que j’ai une chance qu’ont peu de gens d’être en contact avec des personnes qui ont connu ce qu’enseignent les livres d’Histoire. Elles ont tant à donner et à recevoir. En offrant ce que je peux, c’est-à-dire de l’amour et du respect, je sais que ces personnes âgées aussi sont mieux à la fin de nos visites.

Ce que je vis maintenant n’est qu’un avant goût d’une année entière en présence de ces personnes d'âges et cultures différents. Je suis très heureuse ad’être restée ; cette année s’annonce incroyablement intéressante en tant qu’expérience non seulement culturelle, mais aussi humaine. Je tente d’offrir toutes mes journées et toutes mes actions au Seigneur, car je ne peux pas m’occuper de ses pauvres sans Lui. Il nous demande de le faire, et heureusement qu’Il nous tient la main lorsque nous le faisons. Saint Francois l’a bien dit: “car c'est en donnant qu'on reçoit, c'est en s'oubliant qu'on trouve”, voici l’exemple que j’essaye de suivre. Un jour à la fois, peut-être j’y arriverais !).

tag: 18 ans engagée pour un an. (Mission humanitaire) Fidesco

Repost 0
Published by Catho JM - dans Missions
commenter cet article
11 octobre 2010 1 11 /10 /octobre /2010 21:23

Voulez-vous nous encourager ? C'est possible sur facebook.

Des petits mots on aime beaucoup !!

catho-jm-fcebook.jpg

http://www.facebook.com/?sk=messages&tid=1411727899269#!/pages/catho-JM/134534539899192

Repost 0
Published by Catho JM - dans Qui somme nous
commenter cet article
4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 17:00

Ci dessous un sketch qui présente avec humour la réaction que l'on peut avoir en entendant parler des miracles de Jésus ;)
Alors jésus blagueur ?


Jésus blagueur ?
envoyé par cathojeune.
Repost 0
Published by lakoni - dans Humour
commenter cet article
2 octobre 2010 6 02 /10 /octobre /2010 23:18
paris-gare-du-nord2.jpg

Une lumière a surgi
dans cette profonde nuit,
mon oeil est marqué
par cette clarté ,
cette lumière
sur notre terre
avec ses rayons,
que c'est bon,
inaccessible
mais d'une beauté
intime et invisible.
On ne peut te toucher;
je te regarde, tu m'éblouis. 
A tes cotés je m'épanouis,
j'ai des regrets
pour mes péchés,
quand soudain
tu me prends par la main.
Il n'y a rien à craindre
et tout à peindre
de lumière.

Puiser l'eau vive ,
effacer les déserts
aller vers d'autres rives,
voyager et annoncer
que le Christ est ressuscité .

Ps: Cette image et se poême sont crée par se blog, donc cité vos sources merci :)
Repost 0
29 septembre 2010 3 29 /09 /septembre /2010 22:08

La joie est immense lorsque la petite Chiara montre le bout de son nez le 29 octobre 1971 dans la famille Badano. La fillette grandit dans un climat familial aimant. En 1980, Chiara découvre les Focolari. On y prêche unhttp://www.cittanuova.it/FILE/FOTO/1261254831Chiara%20luce.jpg « idéal ». Elle est tout de suite attirée par cette manière de vivre : mettre Dieu au centre de sa vie et vivre l’unité de façon concrète. Elle se lie alors au groupe des Gen 3 (jeunes de 9 à 16 ans).

Chiara est belle : son regard limpide attire. Elle aime la vie et pratique différents sports : tennis, natation, danse, promenades dans les montagnes avec son père… Sa joie intérieure jaillit par les chants qu’elle aime entonner. Toujours entourée d’amis, sa présence attire. Elle les retrouve le soir dans son village, devant le café. Sa présence parmi eux est témoignage. Non, je ne parle pas de Dieu. […] Ce n’est pas parler de Dieu qui compte, moi je dois le donner.

Fin de l’été 1988 : Chiara joue au tennis. Une douleur à l’épaule revient fréquemment. Celle-ci se fait de plus en plus aiguë. Des recherches plus approfondies permettent au corps médical de trouver la maladie : ostéosarcome avec métastases. Les examens, les attentes, les rechutes, les améliorations, les hospitalisations se succèdent. Elle se soumet, et continue son chemin de vie authentique.

Arrive le temps de la longue chimiothérapie. Chiara comprend alors la gravité de son mal. Sa maman raconte : « Je vois encore Chiara arriver dans le jardin… Elle a le regard fixe… Je lui demande comment ça s’est passé. Non, pas maintenant, ne me parle pas maintenant. Elle se jette sur son lit les yeux fermés. Elle reste comme ça vingt-cinq minutes. Puis elle se tourne vers moi : Maintenant tu peux parler. Ça y est, elle a redit son oui. Et elle ne revient plus en arrière. Son sourire revient. Après avoir demandé à Jésus : Pourquoi ? Elle continue : Si tu le veux, Jésus, je le veux moi aussi. » Ses yeux sont tournés vers le Christ, elle sait, où elle va. Sa souffrance a un sens.

Chiara vit sa maladie en union avec la Passion du Christ. Alors que ses veines éclatent sans cesse, à force de subir des perfusions, une infirmière découvre une veine encore bonne. Elle demande alors à Chiara de rester immobile. Si elle bouge le doigt, l’aiguille sautera et ils ne pourront faire la thérapie. Pendant trois jours, Chiara reste sans bouger ; devant l’aiguille qui ressemble à un http://1.bp.blogspot.com/_OZEW1KPpFOI/TIFNpBTdenI/AAAAAAAADoY/14yELnJpI_Q/s320/chiara_luce_badano.jpgpapillon posé sur son bras, elle dit : Pour moi, c’est une petite épreuve, même si ça me fait mal et que j’ai envie de bouger le doigt. Pour résister à cette tentation, je me dis que ce papillon est l’une des épines que Jésus avait sur la tête.

La médecine baisse les bras et affirme son impuissance. Chiara souffre atrocement. Elle sait que seul un miracle peut la sauver. Pourtant, elle écrit : Je n’arrive pas à le demander. Peut-être que cela vient de mon impression que cela ne rentre pas dans sa volonté ? J’ai hâte d’aller au paradis…mais est-ce que ce n’est pas encore un attachement, quelque chose à perdre ? Elle prépare alors dans les moindres détails la fête de ses noces, vivant ces moments comme des fiançailles.

À sa maman, elle adresse cette recommandation : Quand tu me prépareras sur mon lit de mort, maman, tu devras toujours te répéter : « Maintenant, Chiara Luce voit Jésus. » Son état s’aggrave. Elle offre encore ses souffrances. La veille de sa mort, elle dit au revoir à ses amis : Il faut avoir le courage de mettre de côté ambitions et projets qui détruisent le vrai sens de la vie, qui est seulement de croire à l’amour de Dieu. Ses dernières paroles sont pour sa maman : Ciao ! Sois heureuse, parce que je le suis.Dimanche 7 octobre 1990, Chiara Luce rejoint son Bien-Aimé. Les gens arrivent en foule chez les Badano. Malgré les larmes, c’est la fête : croyants et incroyants viennent auprès d’elle. Plus de deux mille personnes se rassemblent pour les funérailles. Les témoignages parlent d’une atmosphère de joie, de paradis. Un ami confesse : « Pour la première fois, j’ai réussi à être sûr de l’amour de Dieu. »

Ressources :
http://chiaraluce.free.fr/?p=17

Repost 0
22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 00:58

Article fait par un fan .Fait de même et envoi nous cela par mail 

J'ai mis longtemps avant d'écrire ce "témoignage", à vrai dire cela faisait longtemps que j'avais envie d'en parler, j'ai même fait plusieurs ébauches de cet article, mais je me suis rendue compte à chaque fois que mes propos étaient incisifs et polémiques, à l'opposé de ce que je voulais vraiment exprimer, à savoir que le débat science-religion était profondément stérile et fondé sur des amalgames.
  mouette-ou-esprit-.73178.jpg
En effet, je suis catholique pratiquante et profondément croyante, étudiante en médecine (par conséquent "scientifique"), et je ne peux m'empêcher d'être affligée quand je vois les media présenter la religion et ceux qui la pratiquent comme des arriérés qui s'opposent aux avancées de leur temps. Difficile de s'étonner après que les gens de notre âge soient de plus en plus nombreux à rejeter la foi dans laquelle ils ont grandi...Ainsi, quand j'étais au collège et au lycée, bien que mon établissement soit catholique, mes amies pratiquantes et moi même essuyions régulièrement des moqueries du style :"alors, tu es allée te confesser ? Dieu t'a parlé ? et il t'a dit quoi ?" ou alors "T'es catho ? Alors tu penses que le monde s'est créé en 7 jours ? Et le père Noël, tant que t'y es, il existe ?"...Certains de mes amis athés ne peuvent également parfois s'empêcher de lancer des propos polémiques sur la position de l'Eglise vis à vis de l'avortement, de l'euthanasie, des manipulations génétiques...Pourtant, tous ces gens-là ne sont pas mauvais dans le fond, bien au contraire, seulement leur vision des choses est déformée car ils font un amalgame entre interdiction et principe de vie prêché par une doctrine religieuse...

 

La suite ici

Repost 0

Bienvenue

Bonjour petit curieux
sois dans la paix de Dieu
Ici il y a des talents
de plusieurs adolescent.
Des reportages,
des témoignages,
des chansons
faite maison,
et des poèmes,
toutes les semaines

Recherche

lecteur mp3

Compo musical exclusif
de l'équipe catho-jm :

Contact

Une question ?Publier votre témoignages ?

Besoin d'écoutes ?Nous encouragé ?

Un mail :

clike ici : Contact

ou :

recopie et enleve 5[ et ]5 a

jeunecatho5[@]5gmail.com

 

Nombres de visites

un compteur pour votre site